Le désastre à venir des élections américaines

Comment expliquer qu’un pays comme les Etats-Unis, de plus de 300 millions d’habitants, ne soit pas capable de proposer à ses citoyens d’autres candidats à la présidence que MM. Trump et Biden ? Je ne trouve qu’un seule explication : cette élection est devenue une parodie de démocratie. C’est en fait un achat de siège dans une vente aux enchères entre deux groupes de pression financiers.
La catastrophe mondiale qu’engendre la politique étrangère américaine louée aveuglément par une majorité des Etats européens incapables d’assumer leur propre indépendance fait sans doute le beurre de ceux qui vendent les deux candidats aux élections américaines.
Et pendant ce temps, on se réjouit qu’en Suisse, l’anglais devienne quasiment la 2e langue parlée (cf les nouvelles d’hier soir, 9 février, à la RTS). Un esprit de soumission vénale !
Quand nous réveillerons-nous ? C’est en vain que des historiens ou des spécialistes du renseignement rappellent l’histoire des relations russo-ukrainiennes ; aveuglés par la propagande américaine, les Etats européens veulent continuer à envoyer des armes à M. Zelensky afin qu’il fasse tuer ses hommes et détruire son pays pour «protéger » l’Europe.
C’est en vain que les humanitaires demandent un cessez-le feu à Gaza et la fin des massacres de la population civile palestinienne, M. Biden tient un double langage à l’égard de M. Netanyahou, attentif qu’il est à la pression d’une partie des électeurs israélites des Etats de son pays.
A cela s’ajoute le fait qu’on ignore quel jeu jouent exactement les Anglais.
Comment les pays européens ont-ils pu si rapidement se laisser « coloniser » par les groupes d’influence américains ? Ils ne peuvent plus maintenant que contempler la catastrophe à venir quel que soit l’élu. Les Etats-Unis les ont mis « hors jeu » de la politique mondiale.

29 réponses à “Le désastre à venir des élections américaines”

  1. Comme toujours, chère Madame, vous voyez la réalité que la doxa refuse de nous laisser voir. Les commentaires suite à la récente interview de Vladimir Poutine en est un reflet significatif. Le monde réel se manifeste de plus en plus et les élections américaines pourraient bien en effet marquer un renversement de doxa. Entre Biden et Trump, il semblerait que l’empire du mal pour les américains risque fort de l’emporter. Si tel est le cas et si M. Trump agit comme il l’a promis, le souverainisme l’emportera sur la mondialisation. Contrôle total de l’immigration non voulue, plus d’aide à l’Ukraine, voire peut-être à Israel, retrait des troupes américianes de toutes les guerres, reconstruction de l’économie et de l’armement national. La paix retrouvée ? C’est au moins le souhait des peuples non-Occidentaux dont personne ne parle !

  2. L’Europe colonisée par des groupes d’influences américains ? Lesquels ?
    Le puissant looby russe aux États-Unis, avec Tucker Carlson comme porte-parole, diffusant la réécriture de l’histoire façon Poutine, un vulgaire ramassis de mensonges et d’omissions ?

    1. @PIERRE-ALAIN TISSOT
      Avez-vous visionné l’interview ou vous contentez-vous de cité les commentaires défavorables. Si cette interview vous intéresse, voilà:
      Stratpol, le 10 février 2024
      Vladimir Poutine, interview du 9 février 2024
      Interview de Vladimir Poutine par Tucker Carlson (russophobie.org)

      1. M. Wohlwend, j’ai écouté quelques extraits du monologue mensonger et honteux de Poutine, mais subir deux heures de justifications très fatiguées, visant à répéter que l’Ukraine n’a pas existé, n’existe pas et n’existera pas, c’est vraiment indigeste…

    2. Je vous suggère la lecture du livre « L’Europe sous influence américaine? » de Florence Autret, spécialiste de l’influence des groupes d ‘inntérêts dans la capitale européenne.
      Quant au puissant loby russe aux USA selon vous, parce que Poutine a été interviewé par Carison..on s’étrangle.. alors que Poutine a dit certaines vérités que la doxa interdit de dire..
      Poutine connait l’Histoire de son pays comme celle de notre continent alors que les Américains , avec leurs gros sabots sont d’une inculture crasse.
      Ecoutez, jusqu’au bout ; certains propos viennent confirmer ce que j’ai déjà dit sur un autre article , selon lesquels les Européens , sous la pression des USA ,ont tourné le dos à la Russie alors que l’occasion d’une coopération s’était présentée lors de la chute du mur , et de par cette attitude la Russie de Poutine s’est tourné vers le monde asiatique. ( J’ai déjà raconté dans un autre billet de Mme Sandoz, les efforts du général de Gaulle pour arrimer ce qui était encore l’URSS aux démocracies de l’Europe ;(1966 de Gaulle , persuadé qu’un jour l’URSS redeviendrait la grande Russie, et qui imaginait une Europe des Nations de l’Atlentique à l’Oural, se rend à Moscou…. 2 ans plus tard mai 68 qui enverra de Gaulle à la retraite..) efforts boycotés par les USA..
      Quant à la guerre avec l’Ukraine , revoyez l’Histoire juste avant 2014
      ttps://reseauinternational.net/quelles-suites-apres-linterview-de-vladimir-poutine-par-tucker-carlson/
      L’Ukraine fait partie intégrante de la Russie, elle en est même le berceau.
      « Vers 750, des scandinaves commencèrent à s’établir dans le nord de l’actuelle Russie pour y faire du commerce. Ils se mêlèrent peu à peu à la population slave locale. De ce métissage naquit un nouveau groupe ethnique appelé « Les Rus’  » un mot issu du vieux norrois, langue parlée en Scandinavie au Haut Moyen Age qui désignait des « rameurs » Ces Rus’ se déplacèrent peu à peu vers le sud car c’était avec l’empire byzantin qu’ils nouaient des liens étroits. Ils constituèrent bientôt un protoEtat à cheval sur la Russie, l’Ukraine et la Biléorussie actuelle et dont le centre était Kiev. Ce territoire fut appelé la Rus’de Kiev au IXè siècle. » ( Histoire et civilisation » mars 2024 : « La Russie est-elle européenne? »
      ttps://www.fr.fnac.ch/a19536395/Collectif-Histoire-et-Civilisations-n-103-La-Russie-est-elle-europeenne-Mars-2024
      Ce que je trouve assez cocasse c’est que cette guerre pour une Nation Ukrainienne indépendante avec ses propres frontières, est soutenue par des mondialistes qui, à l’ouest ne veulent plus de frontières nationales… allez comprendre..

      1. Donc, « l’Ukraine ferait partie intégrante de la Russie, elle en serait même le berceau ».
        Et pourtant :
        – l’Ukraine a été indépendante de 1917 à 1922 ;
        – l’Ukraine a subi l’Holodomor, un quasi génocide, dans les années 1932-1933 ;
        – l’Ukraine est devenu membre à part entière des Nations Unies, au même titre que la Biélorussie et que la Russie, le 24 octobre 1945 ;
        – les Ukrainiens ont choisi démocratiquement, comme les pays baltes et d’autres, la voie vers l’indépendance, reconnue et garantie par la Russie, en 1991 ;
        – l’Ukraine et les Ukrainiens, malgré deux ans d’agression russe, continuent à lutter pour maintenir leur indépendance, reconnue de tous sauf par la Russie poutinienne et ses bouffons.
        Aujourd’hui, la fierté de l’âme ukrainienne mérite bien plus la reconnaissance et l’admiration que la pitoyable fausseté de la Russie.
        Sur le puissant lobby russe aux Etats-Unis, lire de l’historienne Laurence Saint-Gilles, « Le lobby russe aux Etats-Unis ».
        ttps://desk-russie.eu/2023/05/13/le-lobby-russe-aux-etats-unis.html

        1. si vous vous renseignez un peu sur ce que De Gaulle a évité à la fin de la 2e guerre , puis la politique de la chaise vide jusqu’au départ de l’ancien ttps://lesbrindherbes.org/2016/05/25/nazi-devenu-president-de-commission-europeenne-preuve/
          les revolutions de couleur et le reste
          les paroles de Mitterand , « nous sommes en guerre, une guerre à mort »
          vous comprendrez qui sont les indiens en UE

  3. Les plus grands empires ne se sont pas effondrés à cause d’un ennemi extérieur mais car ils pourrissaient de l’intérieur.

    Les USA sont fortement divisés et n’ont plus de valeurs communes pour les rassembler. L’Europe se dirige dans la même direction. Ces deux personnages ne sont que les marionettes de ce triste spectacle.

    Quand on cherche sans cesse des ennemis extétieurs (virus, guerres, etc) ça permet de gagner un peu de temps, pas de changer le cours de l’histoire.

    1. Chercher des ennemis extérieurs ?
      C’est précisément ce à quoi s’efforce la Russie poutinienne :
      – 2008, la petite Géorgie s’est permise de résister aux pressions de la grande Russie, réponse russe : création de deux républiques sécessionistes.
      – 2014, les russophones seraient menacés en Crimée, réponse russe : annexion !
      – 2014, les russophones seraient aussi menacés au Donbass : réponse russe : création de deux républiques fantoches, soutenues et armées par la Russie.
      – 2022, l’Ukraine s’est tournée démocratiquement vers l’Occident, réponse russe : invasion de l’Ukraine.
      – aujourd’hui, les démocraties occidentales aident l’Ukraine à se défendre, réponse russe : destructions, mensonges, menaces et gesticulations nucléaires…

      1. Je ne vais pas vous faire la liste de tous les conflits provoqués ces 50 dernières années par l’Occident (USA en tête): ça tiendrait pas sur une page de ce blog.

        Mon constat part plutôt de l’état de déliquescence de nos démocraties dont le duel Biden-Trump est le symptôme.

        Poutine peut-être affublé de beaucoup de qualificatifs. Mais ce que pas mal d’Américains ont compris en visionnant le fameux interview, c’est que si ce type est dangereux et sans scrupules, il est ni stupide ni gâteux contrairement à certains de leurs candidats.

        La publication du PIB par pays a d’ailleurs confirmé que la Russie avait bien mieux digéré les sanctions que l’Europe.

        Le mensonge, la censure, l’extrêmisme radical n’ont pas leur place dans les démocraties modernes. La polarisation des opinions, le manque de respect, l’exclusion sociale sous des étiquettes de « complotistes » non plus.

        Et pourtant, depuis quelques années, les dérives sont de plus en plus flagrantes. A cela s’ajoutent des défis économiques et écologiques.

        L’histoire des USA est une alternance de phases tantôt tournés vers l’intérieur, tantôt vers l’extérieur. Les empires qui ne savent pas maîtriser cet équilibre s’effondrent faute d’un socle assez solide.

        Les USA ont compris qu’ils doivent mettre la priorité pour réparer les dégâts à l’interne. L’Ukraine n’est donc plus aussi prioritaire. Le jeu politique consiste simplement de mettre la faute sur son adversaire politique pour donner le change au reste du monde.

        L’Europe a maintenant pris conscience de ce problème et va devoir faire des choix car envoyer de l’argent et des armes ne suffira pas face à la tournure que prend les évènements. Auparavant, il conviendra qu’elle soit capable de maintenir le calme à l’intérieur, ce dont je doute.

        La Suisse serait bien inspirée de garder ses distances car si les pays voisins devaient s’engager militairement, nous pourrions nous retrouver dans une situation jamais vue dans notre histoire moderne.

        1. @WILL Q.
          Belle réponse. M. Tissot, fort de ce qu’il a étudié et sait, est malheureusement affublé du préjugé occidental et est donc incapable d’écouter et de respecter l’autre. Dommage !

  4. Vous écrivez, Madame, que cette élection est devenue une parodie de démocratie. Oui, car c’est l’état profond (deep state) qui a pris le contrôle et manipule Joe Biden (ou son sosie ?). Trump et les Chapeaux Blancs combattent cet état profond.

  5. Très bon constat et très bonne analyse, Chère Madame Sandoz. Je vous rejoins sur tous les points dans votre billet.
    J’avais vécu aux USA, précisément à San Francisco, avant de venir m’établir définitivement en Suisse.
    Je puis vous dire que quel que soit le président élu, le phénomène d’effondrement s’était ressenti dès 1973 ou peut-être même avant. La plupart des Américains est consciente. C’est comme une préprogrammation, issue naturelle de son histoire – Celle qui a tissé son ADN.
    Qu’ils aient pignon sur rue et qu’ils soient influents dans leurs communautés respectives, ont ils les moyens de faire dévier la trajectoire?
    C’est un défi et un pari tant de fois tenté en vain.
    Dans ces prochaines élections, on a déjà pris soin d’écarter les indésirables qui gâchent la fête, tel que Robert F. Kennedy. Le troisième papable. Rendez-vous compte, e candidat veut rogner les ailes du Pentagone et à son complexe militaro-industriel, alors que toute l’Amérique y est suspendue.

    Lorsqu’on parle de l’état profond, il faut bien comprendre qu’il s’agit de l’Administration du pays, le coeur de la Maison Blanche. Elle administre les affaires du pays ET SON Président.
    Les grands conglomérats d’entreprises, le complexe militaro industriel, sont les principaux pouvoyeurs nationaux d’emplois, pratiquement dans tous les domaines de la vie économique et sociale. Ces grands groupes industriels et financiers (il n’y a pas de comparaison possible avec les 27 de l’UE) ont tous les moyens en main pour acheter les pions qu’ils placent dans tous les états, Le président, le locataire de la maison blanche n’est qu’un pantin sous pression de plusieurs courants antagonistes et rivaux. Il lui faudra aussi compter avec la puissance du Pentagone et ses énormes prérogatives. N’oublions pas que ces Géants de l’économmie américaine sont organisés comme une état dans l’état. Souvent, ils ont leurs propres structures dans les murs de la Maison Blanche.
    Ils ont une hiérarchie verticale, leurs propres ONGs et Fondations qu’ils peuvent créer autant qu’ils veulent au fil des besoins et des circonstances. Ces satellites privés se trouvent souvent à travailler en collaboration avec celles de l’état. C’est dire qu’ils ont une force de pénétration sans pareille dans les affaires publiques. Ca fait rêver nos petits libéraux et Socialistes Suisses. Le financement se compte en centaines de milliards de dollars par an. L’état mendie souvent leur soutien financier et leurs savoir faire.
    Cette réalité pèse énormément sur les citoyens contributeurs, Ils ont l’impression que tout leur argent passe dans la protection du président et de ses hommes. sans que rien ne s’améliore pour eux.

    Y-a -t-il encore des institutions complètement indépendantes du financement privé? J’en doute.

    Se présenter à une présidentielle ou même au Congrès, est un exercice lourdement risqué. Le candidat fait l’objet de sollicitations, d’offres mais aussi de menaces ouvertes ou voilées – comme le pays est puritain, la réputation compte pour beaucoup.
    Les grandes entreprises n’hésitent pas à mobiliser leurs batteries et leurs hommes pour vous faire plier ou renoncer. Un sénateur, c’est un fusible. Seul ou en minorité, il ne peut rien faire. Il est même utilisé comme un appât à l’intérieur d’un piège.

    Il vaut la peine de relire l’histoire politique des Etats Unis d’Amérique.
    Pour nous, ce qui semble choquant, se vit comme une tradition, comme des moeurs ordinaires dès la première année de bachelor en Campus. Il y a aussi un bain social qui remonte à l’époque puritaine et qui se perpétue. A l’intérieur de ce puritanisme les partis politiques s’ aristocratisent en leurs étudiants bien nés. C’est une classe étanche. On la retrouvera dans toutes les instances étatiques et privées qui administre le pays d’une main de fer contre son peuple. Celui qui est investi à l’état fédéral, devra être bon élève et ne pas jouer cavalier seul.

    WIIL Q
    Revenons au puritanisme de la société américaine et de ses académies. Il semble que le Puritanisme est propre à générer des actions sousterraines et couvertes. Des actions en faux drapeau.
    D’ici, nous voyons que la façade qui brille. Mais sa nature est corrosive, c’est pourquoi le pays est attaqué dans sa fondations. Les mites sont dans les murs, le pays s’effondrera de l’intérieur de ses appareils.
    Le Deep State ce sont ces gros conglomérats qui défendent leurs intérêts rivaux , ils n’hésitent pas à se livrer des guerres avec leurs hommes aux procédés mafieux. Alors que penser du complexe pharmaco-industriel qui les a rejoints? C’est un gros allié!
    Cette hyperconcentration qu déchire sans merci le tissus socio-économique, c’est elle qui va accélérer le processus d’effondrement en asséchant l’économie des petits acteurs de terrain.
    Le commun des Américains savent cela, même si certains ne connaissent pas tous les détails, ils savent que rien ne changera quand bien même le bateau prend l’eau et que le naufrage a bien commencé.
    Ce qui se passe en ce moment là bas, c’est l’affolement avant la chute.

    A nous ici de nous demander quelles conséquences pour les Européens, plus largement pour les Occidentaux.

    Je me suis toujours dit que quand l’Administration (hauts fonctionnaires) prennent le dessus de l’intérieur d’un état, le président élu n’a plus qu’à obéir ou partir. S’il ne fait ni l’un ni l’autre, il sera liquidé.

    Dans une proportion toute relative, tous les états sont concernés.
    ….
    L’Europe semble consentante à en faire les gros frais (encore 500 milliards), et ce n’est pas dans le vif du brasier qu’elle aura une vision claire de la situation mondiale, ni de vers quoi nous nous dirigeons.
    Je pense que l’Ukraine et la Palestine/Israël sont l’expression d’une crise, en apparence, morale et idéologique En réalité c’est la convulsion d’un colonialisme en mutation après une longue période d’étiolement.
    Il est clair, que le colonialisme économique n’a jamais cessé. Seule différence: on voit de nouveaux protagonistes de pays émergents apparaître dans les zones d’influence de l’Occident. Mais doit on blâmer ces nouvelles puissances qui défendent elles-aussi leurs intérêts?

    Concurrence fait école N’est ce pas la devise de l’Union Européenne?.

  6. Disons, puisque ce type de parodies ne semblent s’appliquer qu’aux USA et pas à la Suisse, qui à mon avis, est encore plus rongée par les lobbies financiers (et pas les meilleurs) que la totalité des états plongés dans ce phénomène, je dirais que :

    S’occuper de la Suisse et ce n’est pas uniquement une mince affaire de « droite » ou de « gauche » (il suffit de vous lire pour comprendre), par contre, pour compte des citoyens suisses, je serais rassurer de voir Trump débarquer rapidement pour prochaine présidence, pour autant que Biden, pour se sortir des scandales qui remontent à la surface, ne lance pas des missiles nucléaires sur la Russie d’ici novembre !

    1. @ CORTO
      Je vous cite: « Disons, puisque ce type de parodies ne semblent s’appliquer qu’aux USA et pas à la Suisse, »
      Je suppose, Corto, que vous évoquez mes propos sur la Démocratie.
      En effet, la Suisse comme l’UE est très exposée à la désintégration de ses institutions démocratiques et devenir une Nation privatisée.
      Cela a pu se faire très vite (2 ans), grâce aux Young Boys de Schwab, assoiffés d’absolutisme et soutenus par la monté en puissance des voyous du Moins d’Etat. Cela va de pair. Il y a aussi la culture de l’effacement des mémoires qui l’en a aidé. Le Wokisme a pris une mauvaise direction. On l’a laissé faire, ensuite on cède au rapport des forces. Cette déstabilisation générale et le verrouillage de la parole ont laissé de larges espaces vacants, les lobbies n’ont pas de peine à installer leurs pouvoirs.

      Le WEF étant une lumière noire, elle attire forcément les insectes* (politiques)… Je le dis avec tristesse, nos magistrats ne sont plus que des hommes de main du Cartel des Milliardaires.

      Insecte. C’est de gros yeux et un système nerveux précaire.

      1. @Marlène, il y a un détail que peux connaissent :

        Les idéologues du wokisme réfutent l’existence du terme « woke », pour preuve, même le dictionnaire google ne reconnait, ni « wokisme » ni « woke », vous serez instantanément remis à l’ordre par un soulignage rouge ondulé. Vous prononcez le mot « woke » lors d’une réunion dans un mouvement de gôche et vous êtes exclus d’office !

        C’est l’un des particularisme de cette idéologie crypto-socialiste, tout comme les grands architectes du nazisme étaient tous du parti socialiste allemand et se considéraient comme des socialistes jusqu’à la nuit des longs couteaux !

    2. Le risque Biden est en effet incommensurablement plus grand que le risque Trump. Cette considération raisonnable devrait calmer le plus obtu des contempteurs de Trump.

  7. Merci Madame pour votre analyse. C’est en effet incompréhensible que le peuple américain soit empêché de choisir un nouveau Président en toute sérénité. De plus, certains médias français et autres ont déjà décidé que M. Trump fera un second mandat et projettent d’ores et déjà sur le monde un scénario catastrophe. On a le sentiment que de nombreux politiciens et observateurs souhaitent l’horreur absolue. Concernant l’Angleterre, on voit très bien qu’outre le Premier Ministre, M. Sunak, M. Johnson essaie de replacer ses pions et quoi de mieux qu’une position guerrière pour arriver à son but. Je pense que la plupart des dirigeants de ce monde n’ont ni l’intelligence, ni la maturité pour gouverner et surtout pour protéger la population. Nous avons encore le choix de nous indigner.

    1. @Chantal,

      Vous n’avez pas oublier que le but initial de ces manœuvres consiste à éradiquer 90% de la population mondiale (dixit :klaus/gates/bezos/soros).

      Vu l’urgence face aux réactions des populations, notamment aux USA, le temps semble se rétrécir dans le camp des futurs Führer en baskets à (minimum) 300.– la paire afin de sauvegarder un look décontracté et branché. D’innombrables scandales liés, outres les injections létales, les eaux, les pesticides, les viandes, céréales, en fait les empoisonneurs sévissent dans tous les secteurs et en total impunité, cela ne semble pas suffisant, leurs agendas prennent l’eau et leurs pronostiques risquent l’effondrement, d’où le danger imminent de voir ces « élites » d’avoir recours à des renversements de situations aux conséquences apocalyptiques.

  8. ttps://merylnass.substack.com/p/do-the-democrats-want-bobby-kennedy?utm_source=post-email-title&publication_id=746368&post_id=141604692&utm_campaign=email-post-title&isFreemail=true&r=12fko3&utm_medium=email

    J’en serais très très triste.
    Prions pour que cela n’arrive pas.

  9. « les Etats européens veulent continuer à envoyer des armes à M. Zelensky afin qu’il fasse tuer ses hommes et détruire son pays pour «protéger » l’Europe. »

    Ce constat est dépassée. Face à l’échec de cette stratégie, les USA nous font le coup du « bon et du méchant » président pour se désengager en laissant l’Europe seule avec les conséquences de ce désastre.

    Alors, sans consulter leurs populations, plusieurs chefs d’Etats Européens parlent désormais de guerre contre la Russie pour défendre l’Europe. Il ne s’agit plus d’envoyer des armes ou des mercenaires pour défendre l’Ukraine. La guerre par procuration a ses limites révélant ainsi la véritable intention de certains « va t’en guerre » qui mènent la propagande depuis un certain temps en attisant le feu.

    Il s’agit maintenant de déclarer une guerre préventive à la Russie qui a décidé de nous envahir ! Je pense que le terme d’hystérie est assez approprié: sommes-nous devenus totalement fous ?

    L’histoire se répète: avant chaque conflit mondial, il y a cette sorte d’euphorie guerrière alimentée par une sentation de légitimité de faire triompher le bien sur le mal.

    Mais la guerre, C’EST le mal ! L’éviter, c’est la raison principale du projet Européen.

    A chaque fois, les populations innocentes ont payé le prix fort. Les USA l’ont bien compris et nous envoient au front. Car ils savent déjà qu’ils devront concentrer leurs efforts sur la Chine qui viendrait alors au secours de la Russie.

    Il faut dire « STOP ! » immédiatement à ce délire et trouver une autre solution.

  10. Madame Sandoz, s’en prend à Israel : « C’est en vain que les humanitaires demandent un cessez-le feu à Gaza et la fin des massacres de la population civile palestinienne, M. biden tient un double langage à l’égard de M. Netanyahou », mais Madame, vous ne faites une fois de plus que de plaider pour le camp de l’onu, de Biden et des mondialistes, sachez Madame, que ces soi-disant « défenseurs » des populations, étaient tous dans le camp obama, savez-vous combien d’arabes et de musulmans ont été tués pendant la présidence de ce prix nobel ? Voulez-vous un décompte précis ? Vous parlez de massacres (au pluriel) de population civile « palestinienne », donc vous reprenez les refrains, eux-mêmes repris par la presse mondialiste, sans même savoir de quoi vous parlez, vous reprenez in petto et à la lettre les communiqués du hamas, bravo !
    …..

      1. Vous interprétez Madame, la politique d’Israel est au coeur des élections américaines, mais ce qui vous dérange dans mon commentaire, c’est que je réduis à zéro vos allégations mensongère sur « le massacre de civils » !

        C?est vous même qui faites allusion à un soi-disant « massacre de civils », j’en déduit que vous êtes comme ce commerçant de Davos !

  11. Une fois n’est pas coutume, voici une supposition hautement complotiste: je ne suis pas certaine que Biden sera l’adversaire de Trump.

    Jusqu’à encore quelques semaines, Biden faisait encore illusion mais maintenant son parti a compris qu’il ne faisait plus le poids. La diffusion de l’interview de Tucker a été un électrochoc. D’ailleurs si Trump devait être déclaré inapte au service pour raison judiciaire, Tucker ferait peut-être un plan B viable.

    Biden est fatigué. Il a trop menti durant la Covid, sur l’Ukraine et d’autres sujets: les américains veulent tourner la page. Ils veulent du sang neuf.

    Je pense que Biden va désormais servir à « user » Trump et qu’il déclarera forfait 1 à 3 mois avant l’élection. Les républicains sont d’ailleurs probablement déjà à l’affût pour connaître le successeur pour commencer à le décrédibiliser en coulisse avant qu’il ne se déclare.

    Mais c’est une vue très complotiste, n’est ce pas !

    1. Je viens de lire un article dans la Tribune:

      ttps://www.tdg.ch/presidentielle-americaine-kamala-harris-en-embuscade-913706688147

      ça m’a interpellée car il y a encore une semaine, Biden était le favori pour affronter Trump. Et ça m’étonnait car à la TV, il n’était plus très frais.

      Alors, j’ai été voir les titres de la presse américaine: Biden a été reconnu inapte au jugement par un Tribunal vu son état mental. En fait, c’était grave car il était accusé d’avoir laissé des documents confidentiels sur la sécurité des USA dans son garage (certains disent « dans un carton à côté de la voiture »).

      Mais lors des audiences, le juge n’a pas pu avancer car les réponses de Biden étaient totalement incohérente et il mélangeait tout.

      Alors quand les américains ont vu que Poutine tenait un interview-marathon de plus de deux heures face à un reporter vedette made in USA … (avec 30 minutes de cours d’histoire Wikipedia). C’est donc la panique.

      Hi hi hi, je vais faire changer la définition du Larousse: « complotiste, n.m., personne visionnaire qui a souvent raison avant les autres ».

      Mais je pense pas que ce sera Kamala car elle n’est pas assez populaire et c’est trop court pour la « vendre » aux américains alors qu’ils ne l’ont quasiement pas vue ces dernières années.

      Alors, qui ?

    2. …Trump n’a jamais été aussi haut dans les « sondages », même ceux truqués des officines du deep-state, Trump dépasse de « two digit » les pronostiques des prochaines élections présidentielles et plus la bande « clinton/obama/biden » attaque Trump et plus il monte !
      Hier, pour la première fois depuis 150 ans, un membre du Congrès à été « empeached », une des pierre angulaire des démocrates, le pro-vaxx Mayorkas et ce n’est que le début de cette décente pour certains dans les caniveaux de cette « rotten swamp » ! Maintenant, tout comme le fait Madame Sandoz, Biden s’en prend directement à Israel, notamment en soutenant et donnant de faux espoirs aux terroristes du hamas et du hizbollah, qui s’emballent dans une escalade qui leur sera fatale, qui leur est déjà fatale, encore un petit effort du Liban (ce qu’il en reste) et ce sera la fin du parti démocrate !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *