Il n’est jamais trop tard pour bien faire…

« … et pour réparer les torts éventuels ». Nestlé a passé aux aveux concernant son eau « naturelle ». A-t-elle causé des torts ? Je l’ignore, à moins que le contenu de ses bouteilles n’ait provoqué des empoisonnements ou n’ait coûté moins cher que le produit faussement garanti, ce qui aurait alors nui aux acheteurs. Le dommage ne doit toutefois pas être considérable pour les consommateurs.
Le dégât d’image, lui, est total. L’aveu tardif – spontané ? – ne l’évitera pas. Mais au moins, la « triche » est terminée. On peut espérer « repartir » à zéro. Comme en son temps, pour volkswagen.

Si seulement on pouvait en dire autant à propos de la récente « pandémie » du covid, des incompréhensibles secondes vagues de commandes de vaccins, des tromperies médicales ou/et scientifiques, des mesures de confinement et de fermeture des écoles toujours fortement déconseillées par les « Plans- pandémies » minutieusement préparés par des Commissions spéciales jamais consultées mais remplacées, en Suisse, par exemple, par une Task Force mystérieuse, nommée on ne sait vraiment par qui, selon des critères très discrets, avec un mandat confidentiel.
Et ces millions de vaccins périmés, comment les a-t-on détruits ? Ils ne contenaient pas des « virus » morts, puisque c’était là une de leurs grandes nouveautés par rapport aux vaccins classiques.

Quand rendra-t-on enfin publiques les recherches et révélations sérieuses de médecins, scientifiques de maints pays qui lèvent le voile sur l’énorme mise en scène. Quand organisera-t-on un vrai et honnête débat public avec des intervenants d’avis différents, sérieusement documentés, capables d’expliquer pourquoi ils ont suivi telle recommandation plutôt que telle autre.
Les erreurs sont compréhensibles, notamment quand il s’agit de prendre rapidement des décisions de nature politique car ces décisions-là sont toujours influencées par les sentiments et doivent tenir compte d’éléments impondérables liés à la nature humaine et aux mouvements citoyens.

Si les autorités politiques avouent ne pas savoir que faire, elles engendrent la panique. Mais ont-elles alors le droit – pour « rassurer » – de forcer à l’obéissance par la peur et la menace de sanction, et d’effectuer un véritable chantage aux dépens de la santé ?

La douloureuse expérience vécue avec la « pandémie » pourrait se renouveler avec l’IA et la numérisation. Et comme pour la pandémie, la pression internationale et la colonisation par l’économie mondialisée rétrécissent la marge de liberté et l’indépendance de la réflexion des autorités nationales. L’école et « le bien-être des enfants » sont un si touchant et généreux prétexte.

24 réponses à “Il n’est jamais trop tard pour bien faire…”

  1. « Quand rendra-t-on enfin publiques les recherches et révélations sérieuses de médecins, scientifiques de maints pays qui lèvent le voile sur l’énorme mise en scène.  » écrivez-vous Madame Sandoz.
    Je ne pense pas que ce soit de si tôt!
    L’eau « filtrée » (au charbon je crois?) « dépoluée » par Netslé n’a pas causé de tort à ceux qui l’ont bue.. on pourrait même dire que ce fut une sécurité supplémentaire, le tort est pour l’image de l’entreprise , entreprise qui a fait preuve d’honnêteté en dévoilant sa pratique qui était un mensonge par ommission.
    Tandis que « l’énorme mise en scène » en faveur de la vaccination Covid OBLIGATOIRE, sous peine d’exclusion a fait de nombreux dégâts sur la santé physique de la population, cancers, décès , mais aussi sur la santé mentale (confinement, exclusion, malades morts tout seuls à l’hopital sans avoir revu leurs proches), et à cause de ces dégâts auxquels on peut rajouter la mise à ban de certains de leurs pairs qui ont eu le courage de dire la vérité sur ce vaccin dès le début de la campagne vaccination, les « commissionnaires » portent une grande responsabilité et devraient être jugés… Je doute fort ,alors , qu’ils fassent amande honorable: ils sont allés trop loin et ne peuvent donc revenir en arrière, se déjuger. ..l’orgueil et le risque d’être bannis…carrière fichue….
    En résumé, ce qu’il s’est passé avec le vaccin Covid est autrement plus grave que l’eau de Nestlé pour les populations.

    1. c’est clair.

      C’est tout l’ambiguïté des battages médiatiques. Un brouillard, pour cacher , quoi d’autre

      Et s’ils avaient rajouté d’autres substances dans l’eau ?
      Ce qui se passe dans nos aliments.
      Dans le ciel, avec leurs expériences.
      Rappelez vous Pont St Esprit

  2. Rien que les contenants en plastique sont des poisons pour le consommateur direct mais également empoisonne la nature, particulièrement les eaux et les océans !

    Les eaux en contact avec les plastiques des contenants devraient être interdites par les organismes de santé. c’est encore un scandale bien couvert par les lobbies du deep-state, c’est comme les pesticides, les pires tueurs ne sont jamais même cités par nos administrations ! Des études, déjà anciennes prouvent les méfaits des substances contenues dans les plastiques et comment ces poisons se propagent dans les boissons ou autres contenus. Sans compter que des multinationales sont directement liées dans des scandales liés à des empoisonnement des eaux afin de propulser leurs ventes d’eau en bouteille plastique, c’est juste monstrueux, maintenant le vrai scandale avec ces flottes de nestlé, c’est que ces boissons ne sont pas toxiques à cause des tricheries liées aux origines des eaux contenues, mais parce que ces eaux sont toxiques à cause de leurs contenants !

  3. Votre analyse peut sembler légére de prime abord: « Tiens ! On a fait la lumière sur l’eau purifiée mais pas sur les vaccins ».

    Je pense qu’elle révèle, en fait, quelque chose de très profond.

    Certains articles de presse ont fait le lien entre l’affaire de l’eau et celle des moteurs diesels.

    Dans un autre domaine, des journalistes s’interrogeaient sur le fait qu’un nouveau modèle d’avion qui avait été cloué au sol (suite à un crash et des incidents graves) puisse être à nouveau sous les projecteurs après avoir perdu une porte au décollage.

    Les journaux financiers, eux, s’étonnaient que le Crédit Suisse ait pu enchaîner autant de scandales démontrant des failles dans la gestion de risque qui finira par lui être fatale. A noter que rien n’a été résolu par son repreneur qui avait aussi dû être sauvé après la crise financière.

    Le dénominateur commun de toutes ces affaires, vaccin inclus, est la faillite des organismes réglementaires. On a longtemps cru à l’auto-contrôle. La capacité de ces organisations a donc fortement diminué. Ils ont souvent perdu leur indépendance car le financement provient de ceux qu’ils doivent contrôler.

    Comment voulez-vous qu’une structure comme Swissmedic contrôle les milliers de pages de documentation qu’implique la validation d’un vaccin en quelques semaines ? Et si un génie avait cette capacité dans l’équipe, il aurait été recruté par Pfizer depuis longtemps (ou alors discrédité car trop « dérangeant »).

    La solution est donc de s’en remettre aux contrôles des plus gros pays (USA) ou parfois simplement au vendeur lui même. Mais, si chacun procède ainsi, on risque de passer à côté de choses importantes. De plus, difficile d’approuver un vaccin chinois car la validation se fait sur la réputation et non plus le contenu.

    Je crains donc que ces affaires n’en soient qu’à leur débuts.

    Les sportifs le savent: pas de match sans arbitre. Je suis tenté de faire le parallèle suivant: pas de société libérale sans autorité de contrôle indépendante.

    1. @MELCHIOR,

      Vous arriveriez à imaginer, … qu’un juge ou un tribunal condamne le pdg d’une multinationale ou de la plus minable banque à, ne serait-ce qu’une ridicule amende avec sursis ?

      Non !

      Vous êtes dans une démocratie, même pas une république, sauf dans le cas où vous veniez de Genève, lieu dans lequel le terme « république » sonne comme « végétarien » inscrit comme devise sur le fronton d’une boucherie !

      J’ose me persuadé que Madame la Professeure Sandoz reste solidement et sincèrement ancrée dans ses convictions, notamment celle, qui, consiste à considérer que dans une démocratie, le terme justice, représente l’unique parapet protégeant les sociétés des pires des barbaries, un peu comme ce qui aurait dû être le rôle de ces milliards d’onéreuses injections contre un ridicule virus de rhume, sans oublier le rôle cynique des officiers d’une prétendue « médecine » qui se transforment en exécuteurs.

      Oui, Madame la Professeur, actuellement, tout, toutes ces saletés,… , sont sous bonne garde, ils ne prennent aucun risque, il seront, au pire, dans les épitaphes de Victor Hugo ou dans le remontées acides de la Boétie. Chers lecteurs, sachez que dans ce cloaque revêtu de longues robes noires, les règles sont, on ne peut plus simples pour complices de ce système putréfié ; Lorsqu’il s’agit de juger le principal responsable, sa défense est pratique, il n’aura qu’à allégué qu’il n’a pas été informé par ses subalternes et lorsque c’est le tours au subalterne de répondre, il n’aura qu’à se justifier en alléguant qu’il ne faisait qu’obéir aux ordres de ses supérieurs. Et le système judiciaire, bien pourrit, lui aussi, va feindre qu’il n’y a pas de chassé croisé dans ces parodies de justice. Il faut bien se le dire, si l’ensemble des nos sociétés sont autant malades, c’est simplement parce que la justice, seule garantes du bon fonctionnement des gouvernances laïques et à son tours et en premier lieu, corrompu. Le système judiciaire est le principal responsable, au delà du politique, de ces dysfonctionnements aboutissant à des guerres entre états ou à ces dérapages totalitaires comme nous venons de le voir avec ce micmac covidien !

      1. Je ne parle ni d’un problème suisse ni juridique. Il s’agit de gouvernance à savoir d’une structure qui empêche d’être juge et parti.

        Ma conclusion est que, sans elle, c’est rapidement le chaos: sans arbitre, pas de sport, pas de compétition.

        Il ne serait donc pas étonnant qu’un labo dépose plainte pour concurrence déloyale: imaginez que vous ayez eu un vaccin efficace à 60 % sur la base d’essais de laboratoires bien conduits. Et qu’un concurrent ayant triché vous rafle le marché en affichant 95 % (alors que la réalité a démontré un chiffres ridicule – on n’est pas certain d’atteindre deux digits). Votre vaccin ne sera pas autorisé.

        Vous avez alors deux solutions:

        – vous le poursuivez pour récupérer l’argent qu’il vous a fait perdre

        – vous trichez aussi à votre tour la prochaine fois. Tout le monde sort alors des produits miracles efficaces à 99.99 %.

        Ensuite, chacun va essayer de discréditer l’autre en finançant des études pour démontrer que son produit est meilleur (ou démontrer des effets secondaires avec le produit concurrent).

        Et là, la confiance de la population finit tout de même par s’effondrer.

        Pas de compétition sans règles du jeu et arbitre: nous sommes entré dans le chaos mais ça ne peut pas tenir éternellement. La seule exception est le monopole: pas de compétition car vous avez éliminé tous les concurrents.

        Mais ça ne passe pas aux USA et même les plus puissants se sont retrouvés démantelés. Pfizer a éliminé tous ses concurrents (AZ, J&J, etc) sauf Moderna, ce n’est pas un hasard.

        Souvent un système ne s’écroule pas à cause d’une cause extérieure mais bien de l’intérieur.

    2. @MELCHIOR B.
      Vous avez tout compris. Tant que l’Occident restera sous l’emprise de la mondialisation imposée par le Forum de Davos il en subira les méfaits alors que, sauf pour les pro-occidentaux, le reste du monde s’en amuse. Mais est-ce que cette révolution est encore possible ?

  4. Madame Sandoz,
    votre sujet ici, me fait tout de suite penser aux deux poids/deux mesures que semblent affectionner notre exécutif.
    J’espère que les milieux de la défense des consommateurs réagiront, c’est-à-dire qu’ils fassent en sorte que nos agences de veille sur la sécurité des produits soient aussi exigeantes pour les médicaments et les vaccins, produits recommandés et obligatoire à large diffusion. si elles ont été empêchées de remplir leurs missions ou qu’elles en ont été écartées par le mandant lui-même, c’est à dire l’état, qu’elle le fassent savoir.

    Le peuple a le droit légitime d’être informé du dysfonctionnement de ses institutions dans leurs relations avec l’état et le gouvernement. Mais les institutions ont le devoir, elles aussi, d’en informer le législateur.
    Si ceci ne figure pas dans la constitution, on ferait bien d’y songer et de réviser l’organisation de notre administration.

    A titre purement d’orientation, je transmets ici un exemple de cas traité par l’avocate Bobbie Ann Cox. dans son pays. Notre juridiction est comparable à beaucoup d’endroits.
    ttps://attorneycox.substack.com/p/quarantine-lawsuit-summary
    Il s’agit bien d’un changement organique de régime sans toucher à la constitution qui devient une coquille vide. De manière rampante ou par des coup de poings, l’exécutif se passera complètement du législateur s’il ne conteste pas.
    Si les citoyens n’usent pas de leurs droits de maitrise, ils y seront supplantés.

  5. Je ne pense pas que nous aurons un bilan de la gestion du Covid. Il faut cesser d’y croire définitivement. J’ai regardé quelque 45 minutes d’ « Infrarouge » hier soir et lorsque M. Favre a soulevé la question du Covid, il n’a pas laissé suffisamment d’espace ne serait-ce même pour une légère remise en question. J’ai donc renoncé à visionner la suite de l’émission. Ceux qui suivent les débats de la chaîne « Léman bleu », savent pertinemment que les avis même extrêmes n’étaient pas censurés. Pour autant, je pense qu’il était difficile de gérer cette pandémie et je me garderai de lancer la pierre à qui que ce soit. Je suis nostalgique des débats animés car ceux que l’on nous sert sont beaucoup trop consensuels et insipides. Je nuancerais tout de même en disant que les débats radiophoniques sont beaucoup plus intéressants.

  6. Professeure, vous posez la question très pertinente « Quand …… ».
    Si j’ose répondre « quand les poules auront des dents ».
    En effet, la Suisse se comporte vraiment comme un très vilain garnement si nous comparons avec d’autres pays qui ont déjà commencé à lever le voile, ou plutôt les voiles des mensonges pandémiques.
    Et entre-temps, les victimes peuvent bien continuer à souffrir voire mourir, cela ne représente aucun intérêt pour notre pays.
    PS: une récente étude allemande démontre très bien les problèmes de réciprocité-solidarité (deux éléments qui ont chuté très rapidement en début de pandémie). L’OFSP devrait la lire très attentivement.

  7. Il est possible de faire illusion à l’aide des médias, des gouvernements, en « améliorant » des études et en trichant un peu sur les données. Mais cela ne change pas la réalité.

    Moderna devait sortir son vaccin contre la grippe en 2023. S’il a suffit d’un an pour le Covid alors la grippe: facile ! Il suffit simplement de changer le code de l’ARNm, n’est-ce-pas ?

    L’OMS évoque désormais 100 jours pour un vaccin en cas nouveau virus.

    En réalité, rien avant l’automne 2024 pour la grippe. Rappelons qu’il a fallu plus d’un an pour avoir une « mise à jour » qui cible le variant omicron.

    On trouve quelques pistes dans un article publié dans la revue Nature: « Strategies to reduce the risks of mRNA drug and vaccine toxicity »

    Il faut donc des stratégies pour réduire la toxicité. Ah ? On nous pourtant assuré que c’était « sûr et efficace » ?
    Ce papier confirme que la technologie ARNm n’est pas encore maîtrisée: les risques sont importants.

    L’utilisation des LNPs et la substitution d’un acide nucléique ont, certes, permis de sortir « quelque chose » en un an, mais c’est loin d’être parfait.

    Bio-distribution, équilibre efficacité/toxicité, réactions inflammatoires, réactions auto-immunes, mode d’administration, pureté/mode de production, protéines complexe, effets secondaires graves sont évoqués. Les défis sont majeurs.

    Les gouvernements étaient prévenus: les contrats stipulaient clairement que l’on entrait dans l’inconnu. Par contre, les fabriquants nous ont vendu des volumes importants durant plusieurs années. Ils étaient couverts financièrement en cas de problèmes de sécurité.

    C’est ce qui s’est passé: face à l’explosion des rapports d’effets indésirables, les gouvernements ont dû lever le pied. Le variant Omicron a donc été salutaire pour tous.

    Mais cette publication confirme que certaines craintes des « antivax-platistes-complotistes » étaient justifiées.
    Et, si ces problèmes ne sont pas résolus, la technologie ARNm pourrait avoir un avenir plus limité que prévu pour développer d’autres vaccins ou autres thérapies.

    Car, s’il était facile de passer les obstacles réglementaires face à « une terrible maladie qui allait éradiquer l’humanité alors qu’il n’y avait aucune autre solution », il est plus difficile de vendre un vaccin contre la grippe qui provoque autant de myocardites.

  8. L’abstract en Anglais:

    « mRNA formulated with lipid nanoparticles is a transformative technology that has enabled the rapid development and administration of billions of coronavirus disease 2019 (COVID-19) vaccine doses worldwide. However, avoiding unacceptable toxicity with mRNA drugs and vaccines presents challenges. Lipid nanoparticle structural components, production methods, route of administration and proteins produced from complexed mRNAs all present toxicity concerns. Here, we discuss these concerns, specifically how cell tropism and tissue distribution of mRNA and lipid nanoparticles can lead to toxicity, and their possible reactogenicity. We focus on adverse events from mRNA applications for protein replacement and gene editing therapies as well as vaccines, tracing common biochemical and cellular pathways. The potential and limitations of existing models and tools used to screen for on-target efficacy and de-risk off-target toxicity, including in vivo and next-generation in vitro models, are also discussed. »

    Tout cela m’inquiète un peu plus que la filtration d’eau de source…

  9. Chère Madame Sandoz,
    Pourquoi donc vous obstinez-vous à systématiquement placer le mot pandémie entre guillemets? La chose m’interpelle! Je lis une définition: « Ils sont parfois utilisés pour indiquer que le terme ou l’expression mis en exergue n’a pas sa signification littérale ou habituelle ». Niez-vous qu’il y ait eu une pandémie? Ce serait bien pratique pour discréditer ou critiquer des mesures sensées la combattre. Peut-être voudriez-vous dissiper mes doutes? Merci d’avance.

    Quand au reste de votre message, je partage entièrement votre frustration (les insinuations en moins). Je partage mes trouvailles ici:

    – La task force (dissoute) bénéficie d’un site internet (ttps://sciencetaskforce.ch/fr/abschlussbericht-der-swiss-national-covid-19-science-task-force-ncs-tf-2/). On y apprend que des psychologues et des économistes en faisaient partie, permettant une approche pluri-disciplinaire, tenant compte de ces aspects dans les mesures proposées.

    Un rapport final est disponible (ttps://sciencetaskforce.ch/wp-content/uploads/2022/04/AbschlussberichtSTF29Mar2022-FR.pdf). On peut y lire: « Une question importante est de savoir quels sont les coûts et les bénéfices de cette stratégie, et
    combien cette stratégie est efficace en comparaison d’autres approches envisageables. Cette question
    est fondamentale dans la lutte contre la pandémie et demeure pertinente pour se préparer aux
    pandémies futures. L’efficacité de certaines mesures de réduction des contacts présente un intérêt
    particulier, y compris pour le public : Qu’a signifié pour la situation épidémiologique en Suisse le fait que
    les écoles soient restées la plupart du temps ouvertes pendant la pandémie ? Quelle a été l’efficacité des
    fermetures de restaurants ? Il n’y aura pas de réponses simples à ces questions. L’impact d’une mesure
    donnée (par exemple la fermeture d’une zone en particulier) dépend fortement du contexte. Les aspects
    importants à cet égard sont par exemple les autres mesures prises à ce moment-là, l’acceptation et la
    mise en œuvre des mesures en vigueur, la saison, l’immunité au sein de la population et le variant viral
    dominant à ce moment-là. Néanmoins, avec davantage de données et d’analyses, on comprendra de
    mieux en mieux quelles sont les mesures les plus efficaces et celles qui présentent le meilleur rapport
    coût-bénéfice. Les revues scientifiques joueront un rôle important à cet égard – des analyses qui prennent
    en compte de manière systématique et impartiale toutes les données pertinentes existantes. »

    Après, si vous avez des demandes spécifiques, comme le recrutement des membres, ça peut valoir la peine de les contacter. (ttps://sciencetaskforce.ch/fr/organisation-et-groupes-dexperts/). Je ne sais pas dans quelle mesure ils vous répondront.

    – Les vaccins périmés. Là non plus, pas de réponse spécifique sur la manière de les détruire. Par contre, lot de consolation et très frustrant en voyant ce gaspillage, la confédération communique sur le nombre et le coût de la destruction: (ttps://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-90740.html).

    Un article de Swissinfo décrit le quasi-scandale: (ttps://www.swissinfo.ch/fre/sci-tech/le-casse-t%C3%AAte-de-millions-de-doses-vaccinales-covid-19-p%C3%A9rim%C3%A9es/48361612). C’est vraiment le point le plus discutable de la stratégie covid, selon moi.

    Je crois qu’il est de notre devoir de challenger l’état sur ses décisions, de demander des comptes, et surtout d’attendre à ce qu’un bilan soit fait. En l’occurrence, la presse, ainsi que l’état via des rapports indépendants et des questions des parlementaires, semble faire le job. Une recherche rapide me permet de vous partager un article du Temps qui parle de l’efficacité du confinement (ttps://www.letemps.ch/sciences/bilan-lockdown-suisse), 24heures qui parle de l’effet des mesures (ttps://www.24heures.ch/bilan-des-mesures-covid-19-nous-ne-sommes-pas-devenus-plus-pauvres-plus-gros-et-plus-stupides-726134489906), ainsi qu’un rapport externe produit à la demande de l’OFSP (ttps://www.newsd.admin.ch/newsd/message/attachments/71191.pdf). Les parlementaires fédéraux demandent aussi des comptes au conseil fédéral sur différentes questions ayant trait au covid/vaccin (ttps://www.parlament.ch/fr/suche#k=covid%20vaccin).

    Donc dans l’ensemble, et du moment qu’on est capable d’accepter certaines réalités, le débat et plutôt engagé et fait son oeuvre. Je signerais volontiers une pétition pour demander une enquête détaillée concernant les contrats d’achats de vaccins, réel point noir de l’action du gouvernement.

    1. Merci, cher Monsieur, de toutes ces informations et des sources qui les accompagnent.
      En ce qui concerne les guillemets pour « pandémie », cela tient au fait que l’OMS a brusquement changé sa définition de la notion de pandémie au début de celle de covid, ce qui me met assez mal à l’aise.
      En ce qui concerne la composition de la task force, elle révèle une grave erreur. Dans une situation comme celle que nous avons vécue, l’autorité politique a besoin d’une task force exclusivement scientifique la renseignant sur tout ce qui concerne le virus et la maladie. C’est ensuite à l’exécutif de prendre une décision en tenant compte des éléments politiques (constitutionnels, sociaux, économiques, diplomatiques, etc…). Il est totalement erroné de mettre déjà dans une task force des personnes chargées d’une appréciation politique car il ne peut alors qu’y avoir des frictions entre la lecture politique de cette task force et les vrais responsables politiques, ce que nous avons vécu d’ailleurs, peut-être vous en souvenez-vous. La task force a été une catastrophe.

    2. Merci pour ces informations.

      Avez-vous visionné l’interview de Daniel Koch de l’an dernier ?

      Il apporte un éclairage très intéressant. Il est très prudent et mesuré et évite les sujets « polémiques » sur lesquels il y a beaucoup de divergences. Je ne suis de loin pas d’accord avec lui sur tous les points mais son intervention enrichi le débat.

      Il évoque d’ailleurs l’ajout de contributeurs non médicaux dans la Task Force mais juge que cela a été bien trop tardif et peu équilibré.

      Le succès de la Suisse est lié à son pragmatisme et sa mesure. On sent très vite dans cet interview que, face à l’inconnu et une menace extrême potentielle, nous n’avions pas les capacités d’analyser la situation nous-même.

      Dans l’urgence, la Suisse et le monde entier ont donc repris les mesures chinoises sans se poser de questions.

      Il en a été de même concernant les recommendations vaccinales: dans l’urgence, nous avons dû faire confiance aux conclusions de la FDA américaine alors que nos scientifiques préssentaient que les études cliniques ne nous apportaient pas assez de réponse pour prendre des décisions auss radicale.

      Daniel Koch mentionne notamment la « destruction » du groupe témoin dans l’étude clinique après 6 mois (ils ont tous été vaccinés). Ainsi, il était impossible de disposer d’information fiables sur l’efficacité et la sécurité du vaccin au delà de 6 mois – dans la pratique 3-4 mois si l’on prend en compte d’autres paramètres). Cela va contre toutes les bonnes pratiques.

      Cette vidéo aurait dû être reprise par la RTS et suivis d’un débat.

      Je pense que c’est la dose qui fait le poison: un confinement total est terriblement nocif. Par contre, agir de manière ciblée pour limiter la transmission est efficace: il est démontré que les personnes symptomatiques sont très contagieuses (toux, éternuements, mouchage) et devaient être isolées quelques jours (même sans test positif). Les asymptomatiques propagent très peu la maladie: l’aération de locaux et une distance raisonnable est suffisante.

      Quand au danger de la maladie, il est démontré qu’il augmente de manière exponentielle avec l’âge et les co-morbidités. Il y avait peut-être un juste milieu pour éviter ces risques avec des mesures ciblées sans fermer, par exemple, écoles et centres sportifs.

      Finalement, la vaccination s’est révélée utile quand les variants dangereux circulaient pour réduire les cas graves chez les personnes vulnérable mais pas en population générale car elle ne prévenait pas la transmission. Alors une vaccination ciblée eut été plus efficace.

      On savait, par exemple, que le vaccin ne protégeait plus les personnes vulnérables après 3-4 mois. Alors que les hospitalisations repartaient chez les seniors, il fallait leur proposer une 3ème dose plus rapidement seniors plutôt que de chasser les non vaccinés chez les jeunes dès septembre 2021.

      D’une manière générale, j’ai trouvé assez surprenant que les campagnes vaccinales visent prioritairement les jeunes et les enfants alors que les risques étaient très faibles pour eux.

      « Mais on est toujours plus intelligent après ! »

      Ok, je veux bien, mais alors il est temps de faire le bilan pour éviter de refaire les même erreurs. Or je ne vois rien venir sinon une presse qui continue à affirmer « qu’on a fait tout juste ! »

      1. RICHARD P
        La bête humaine est très très lente à se réveiller mais elle se réveille.
        Le pipeline de l’info devra changer de doctrine autrement il mourra.
        ttps://www.covidhub.ch/monoculture-info-de-masse-cri-dalarme/

        Quand on ne fait pas l’anamnèse des personnes et qu’on impose une thérapie unique à tout le monde, peu importe s’il s’agit d’un vaccin, de celui-ci, d’un autre ou d’un médicament, c’est qu’il y a autre chose en tête qui pousse à cette apparente absurdité. En tout cas, ce n’est pas la santé de la population qui préoccupe .

        Daniel Koch a fait son petit numéro de cinéma au tout début, c’était l’inconnu pour beaucoup de gens. Le gouvernement l’avait promu au rôle. Ce gouvernement n’était pas très courageux. il avait fait un casting de personnes qui lui permettait de s’esquiver. N’oublions pas, Covid et Contre-mesures avaient été une facture de contexte purement artificielle projetée par l’OMS. l’Elite possédée par la folie Vaccinale travaillait sur son déploiement depuis 2003 à travers les continents. En 2020, c’était pour Koch, une occasion de jouer sa vedette. le contexte l’avait facilité. Après tout c’était ludique pour n’importe qui de monter sur scène et de voir combien il est apprécié. Il n’était pas compétent pour le rôle de M. Covid. Le savait il sans doute. Je me demande si la task force comprenait au moins un médecin praticien. Des épidémiologistes réunis en pôle de conseil, qui veulent superviser une thérapie de masse, c’est franchement une imposture dangereuse. A la limite du mépris pour l’idée-même de la santé. Le pire du cynisme c’était et c’est toujours le cas, d’interdire aux médecins de venir au secours de leurs patients en danger. D’interdire les médicaments existants, disponibles et sans risque comme l’Ivermectine, par exemple.
        La justice aussi était invitée à partager le funeste Mess en persécutant les gens qui crient leur détresse et leur dépit, parce la propagande n’avait laissé aucun espace respirable, aucune parcelle de liberté ni aucun échapatoire. Se prêtant à cet évident complot, la justice avait démontré sa dépendance à cet inepte gouvernement. Mais la justice n’a rien à perdre, elle dira qu’elle travaille avec les outils qu’on a bien voulu lui fournir.
        Parfois c’est vrai. Alors fournissons lui d’autres outils que la guillotine pour couper, une deuxième fois, la tête des victimes.

        Les autorités politiques et sanitaires qui s’étaient tout accaparé, ressemblent à des gangsters. Ou plus pitoyablement à de petites mains de la mafia.

        Bilan ou résolution?
        Vers qui se retourner lorsque le vaccin obligatoire vous a alité à vie ou qu’il vous a tué?
        Comme je l’avais déjà proposé, si l’employeur vous fait le chantage de vous licencier , Hé bien. Faites écrire une lettre par un avocat pour lui dire OK, mais toi! Employeur, tu t’engages à prendre toute la charge des conséquences si le vaccin me rend ‘invalide ou si que je décède. Ma famille doit recevoir une couverture. Tu remplaceras le père ou la mère de famille que je suis.

        ttps://www.covidhub.ch/responsabilite-employeur-australie/

        On y vient enfin. C’est un précédent à retenir si la maladie X doit relancer les mêmes enragés à nos trousses.

    3. Est il encore utile de relever les incohérences liées aux dictats … dans ces épisodes récents ?

      Relever des incohérences alors que l’ensemble des décisions étaient toutes abreuvées par des incohérences, nous pourrions encore et encore faire un inventaire des mesures absurdes et des décisions ordonnées par un mélange d’autoritarisme chinois et de corruptions découlant des multinationales internationales et américaines, dans la réalité, la Suisse a, comme la plupart, obéis à une logique politique chino-américaine. Alain Berset avait reçu l’avis de l’OFSP deux jours avant d’annoncer publiquement le contraire de ce que l’office lui avait transmis, de manière évidente, Alain Berset obéissait à des dictats extérieurs diamétralement opposés aux directives suggérées par sa propre administration. Nous avons vu l’influence ou plutôt l’hégémonie exercée par ce « machin » européen et sa chef non-élue (von der Leyen) … corrompre notre démocratie jusque dans son organigramme exécutif. Alain Berset était aux ordres et à la merci d’une personne qui continue de dissimuler la nature de ses échanges avec le pdg de pfizer. Il est maintenant plus qu’évident que cette personne cache la nature de ses échanges avec un non-scientifique, un produit de la finance pure, pour aboutir à des contrats représentant des montants astronomiques. Il est évident que le décisionnel provient d’accords arrangés basés sur des critères financiers et non scientifiques, c’est bien pour cette raison que la chef de la commission européenne ne révèlera jamais le contenus de ses échanges avec un personnage, ou plutôt un pion des multinationales de la finance totalitaire. Le problème dans le scénario auquel nous avons « assistés » dans le coup d’état « covid19 », n’a absolument rien à voir avec une pandémie ou la santé des citoyens des pays victimes de ces manipulations, tout vient de décisions extérieures aux mécanismes supposés « démocratiques » auxquels nous pensons faire partie, il ne s’agit de rien d’autre qu’un plan général visant à nuire aux populations, voir, comme ils l’affichent ouvertement, à passer de 8 milliards d’humains sur terre à maximum 1 milliards, les stratégies dans ce plan impliquent différentes actions ; L’excuse environnementale, l’excuse sanitaire, et l’excuse militaire, notamment avec l’Ukraine (pour le moment). Donc, nous pouvons très bien, vouloir analyser les tenants et les aboutissants de ces incuries, mais à chaque fois, nous seront ensevelis par la vague suivante, comme c’est encore le cas avec ce mixte de « renouvelables » et la menace de plus en plus présente, d’attaques avec des armes nucléaires, à nouveau les mêmes, qui chassent le nucléaire civil en introduisant le nucléaire militaire !

  10. Puisque les agences de sécurités sont toujours en vacances, la communauté médicale et scientifique est bien obligée de reprendre les choses en main pour sauver l’humanité. Elle demande au gouvernement une action responsable.
    Que nos tout puissants médecins cantonaux suivent l’exemple.

    ttps://petermcculloughmd.substack.com/p/breaking-aaps-files-amicus-brief?utm_campaign=email-half-post&r=12fko3&utm_source=substack&utm_medium=email

    1. Merci pour ce lien Marlène Dupraz… Très intéressant.. mais Je suppose que les membres de cette AAPS qui ont déposé ce mémoire sont considérés comme des complotistes… je doute fort qu’ils soient pris au sérieux et donc écoutés…

    2. Marlène Dupraz, les médecins-cantonaux devraient suivre l’exemple ?! Mais non voyons, vous savez bien que soit ils débitent des mensonges durant des émissions télévisées (comme annoncer ouvertement notre mort imminente par Covid interposé, mort jamais survenue à ce jour), soit ils se mettent en arrêt de travail prolongé pour motif « politique » plus que douteux. Vingt-six médecins (+ 1 du Liechtenstein, voir la liste officielle) avec opinions diverses et variées, cela ralentit considérablement le processus « donner l’exemple », le « bon exemple », celui que nous serions (hypothétiquement) en droit d’attendre.
      La Suisse a une poutze énorme à faire dans son système de santé, à commencer par la LAMAL, or la Suisse ne veut pas débuter cette poutze, c’est tellement évident. Au plaisir de vous lire de temps à autre, eab

  11. Le film du réalisateur Daniel Kunzi « Totalitarisme helvétique ?!» lié à la pandémie sera diffusé dans plusieurs villes (Genève, Delémont, Moutier, Lausanne, Oron, Neuchâtel, Fribourg, etc).
    Vous trouverez toutes les informations à jour sur ce site : ttps://danielkunzi.ch/

  12. Une fois de plus, nous voyons à quel point les organisations telles que l’oms ou l’unrwa sont perméables aux pires corruptions et déviances, tout comme avec pfizer et autres, le hcr et son antenne au Moyen-Orient, l’unrwa collaborent activement avec le fascisme et la terreurs !

  13. « Le vaccin est sûr et efficace », Alain Berset.

    Si vous maîtrisez l’anglais: ttps://youtu.be/cuLS5zFZLjg

    A voir et à partager. Comment peut-t’on croire qu’autant de victimes puissent être cachées sous le tapis éternellement ? Et plus on tardera à admettre la vérité, plus les dégâts seront importants.

  14. Injection contre le Covid : plainte de 86 pages déposée par un Grand Jury dans douze Etats des Etats-Unis.
    Voilà le lien : ttps://josephsansone.substack.com/p/national-arms-grand-jury-petition
    J’espère très vivement que la vérité ne pourra plus être cachée …
    Si ces plaintes sont classées sans tenir compte des preuves, sans rechercher la totalité de la vérité et sans appliquer les lois cela prouvera que les magistrats sont corrompus. A suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *