Ces manifestations d’étudiants téléguidées

Aux Etats-Unis, en Europe et tout particulièrement en France voisine, puis même en Suisse, des étudiants se mobilisent sur des campus universitaires au sujet de la guerre israélo-palestinienne, en faveur des Palestiniens.

Disons-le d’entrée de cause, aucun de ces mouvements n’est spontané.

Tous ces mouvements sont propalestiniens ;  ceux des Etats-Unis et de France sont instrumentalisés en fonction d’élections importantes. En  Suisse, la « spontanéité » a imité les mouvements étrangers et attendu peut-être aussi  les débats au sujet de l’UNRWA.

 

Reprenons les choses de plus près

Aux Etats-Unis, directement engagés dans la guerre par le soutien réitéré de M. Biden à Israël – et ses simagrées de menaces de retirer ses livraisons d’armes s’il n’y  pas de cessez-le-feu -, il s’agit d’intervenir dans l’élection présidentielle, d’affaiblir M. Biden au profit des Républicains, voire de mettre du désordre au sein du mouvement démocrate déchiré entre une fidélité à son président et un soutien de la gauche palestinienne. Il faut préciser que l’électorat juif lui-même est assez composite, la jeunesse juive n’étant souvent pas sioniste, si j’en crois certains connaisseurs. Et puis, sur fond de rappel de la guerre du Vietnam, il y a l’inquiétude de l’énorme coût financier d’une aide  militaire à Israël qui s’ajoute aux  milliards récemment votés pour l’aide à l’Ukraine. Un peu de désordre sur les campus, toujours suivi de réactions policières « à l’américaine », c’est-à-dire sans le moindre «sens de la mesure », c’est « bon à prendre »  pour éventuellement faire avancer une cause électorale qui n’a pas grand-chose à voir avec les malheureux Palestiniens. Les citoyens « Lambda » n’aiment ni le désordre ni les violences. Ils voteront pour le candidat aux élections présidentielles qui promettra sérieusement un cessez-le feu ou mieux, l’aura conclu.

 

En France, la Gauche insoumise a un terrible besoin de « remonter le terrain » par rapport au Rassemblement national qui marque des points alors que les élections européennes approchent. Une apparente générosité et une sensibilité humanisante à l’égard de la terrible – et c’est hélas ! exact – situation des Palestiniens de la bande de Gaza font bien dans le paysage. Personne ne s’inquiète des causes réelles de cette situation ni du fait que les pays arabes ne se pressent pas au portillon pour accueillir leurs « frères et sœurs » palestiniens ou hébergent certains chefs du Hamas. Peu importe ! Pour les mouvements universitaires français, c’est l’occasion de demander la punition des universités et des universitaires israéliens et d’y mêler en toute bonne conscience de l’antisémitisme – déjà très rampant en France, notamment dans les écoles publiques.

 

Quant aux universités suisses, laissez-moi pleurer de déception. En toute « spontanéité », les étudiants demandent, pour obtenir la protection des Palestiniens, la rupture de toute relation avec des institutions de recherche israéliennes (à l’EPFL), ou avec des universités israéliennes (notamment à Unil).  On se réjouit que l’UNIL ait pu organiser, par les soins de la faculté de théologie – ce que d’aucuns n’ont pas hésité à critiquer vertement, voire à envisager de saboter, prétextant que c’était faire croire qu’il s’agissait d’une guerre de religion ! – et réaliser un débat contradictoire entre un  professeur de judaïsme  et un professeur de l’islam. Un tel débat (qui se poursuivra le 23 mai) correspond au vrai rôle d’une université, c’est-à-dire informer, développer les échanges en vue d’une compréhension et d’un respect réciproques,  seule voie éventuelle vers la paix. Mais les autorités de l’UNIL ont déjà failli à leur responsabilité en permettant à un groupe d’étudiants  d’occuper certains locaux pendant deux jours et d’y dormir, d’y représenter exclusivement un mouvement « pro-palestinien » et d’y accueillir certains professeurs soutenant la demande de boycotter les relations avec des universités israéliennes. De quel droit des étudiants logeraient-ils dans des locaux universitaires pour réclamer la punition d’autres universités ? Non ! L’université n’est pas le lieu d’une manifestation unilatérale, mais celui d’un accès à la connaissance et notamment à la connaissance des faits, des différentes manières de les comprendre voire de les établir et de débattre des preuves.

 

Si les mouvements étudiants étaient spontanés et généreux, ils seraient capables d’écouter les deux parties et sauraient qu’il est totalement injuste de punir la population civile estudiantine israélite en  réclamant le boycott de ses universités pour obtenir un cessez-le feu. Quant à prétendre que ces mouvements sont pacifiques, c’est le vieux truc bien rôdé des révolutionnaires : on occupe – sans armes – des lieux qui ne sont pas affectés à cet usage et on refuse de les quitter ce qui risque d’obliger les  responsables à les libérer de force et comme cela, ce sont les autorités qui ont l’air violentes.

 

 En résumé

Le Hamas savait que les km de galeries creusées à Gaza sous des hôpitaux, des écoles,  etc. seraient la cause de dommages atroces pour la population civile en cas d’attaque israélienne et a provoqué cette attaque par le massacre du 7 octobre ; M. Netanyahou martyrise la population civile palestinienne pour essayer de vaincre le Hamas partiellement réfugié ailleurs ; et les étudiants des différentes universités américaines, françaises et suisses réclament la punition de la population civile universitaire israélienne pour sauver la population civile palestinienne, voire favorisent simplement l’antisémitisme. Simultanément, des chefs politiques des belligérants se préoccupent avant tout de leurs intérêts personnels (élection personnelle pour l’un, protection contre les procès et la destitution pour l’autre, dissémination chez  des voisins pour un troisième) en récupérant la naïveté et l’énergie des jeunes ! C’est bien toujours la population civile qui est prise en otage et ce sont les jeunes que l’on instrumentalise ! Rien de nouveau sous le soleil !

22 réponses à “Ces manifestations d’étudiants téléguidées”

  1. Le mal du siècle, la poliltisation systématique de la culture et du sport. Les écoles sont faites pour apprendre, les arts pour contempler, le sports pour maîtriser le corps. Comment tolérer des manifestations politiques dans les aulas, le saccage d’oeuvres d’art par des manifestantes, l’exclusion d’une chanteuse et de sportifs dans les compétitions mondiales à cause de leur nationalité ? Quelles que soient les raisons alléguées elles sont subjectives, irrelevantes et hautement méprisables.

    1. Monsieur Wohlwend, les universités ont toujours été des lieux de réflexion et de contestation et cela depuis le 10ième siècle, le problème actuel c’est qu’il n’y a ni réflexion ni réelle contestation puisque que des filles habillées en punk et autres tenues trans qui participent à ces délires, se feraient exécuter dans les 3 secondes par le hamas à Gaza !

      1. @Corto. Dernière phrase: évidemment mais ces bécasses ne s’en rendent absolument pas compte ! Qui n’a pas vécu avec un(e) musulman(e), ne comprendra jamais le fond du problème.

      2. Monsieur Corto,
        Vous avez raison. Mais jusqu’à peu, les Univeristés étaient éparniées de l’intrusion du politique autre que comme sujet d’étude.

  2. J’ai pratiqué la recherche scientifique dans un laboratoire de l’EPFL où se sont côtoyés des ressortissants de pays arabes, d’Israël, d’Iran, des États-Unis, de Russie, d’Ukraine, de Géorgie, de Serbie, du Monténégro, etc. En plus de 30 ans, pas une seule fois, je n’ai vu les troubles politiques concernant ces différents États venir entacher si peu que ce soit la motivation commune pour l’étude des phénomènes et le développement des connaissances.
    Pour des raisons d’image, les hautes écoles ont intérêt à respecter une éthique excluant des recherches qui visent directement des applications destructrices. Mais il faut aussi rappeler que la connaissance est un outil qui, comme n’importe quel outil, peut donner lieu à des usages divers, plus ou moins souhaitables et majoritairement imprévisibles. Rejeter la coopération scientifique sous ce prétexte n’est qu’une variante particulièrement hypocrite d’obscurantisme.

    1. @Pierre, premièrement, une majorité de ces fascistes de gauche ne font pas partie des universités visées par ces émeutes et autres actes répréhensibles, en France ils ont reçus un blanc saint de la part du gouvernement, on les a vu pourrir le mouvement des gilets jaunes, ils ont commis des actes inqualifiables uniquement pour disqualifier le mouvement des gilets jaunes, ces gens sont intouchables et jouissent d’une impunité totale, certains sont des professionnels et sont payés par des ong financées par les états. Ce que nous pouvons observer depuis le génocide du 7 octobre, c’est simplement un exemple des extrêmes qui se rejoignent, ils tentent de reproduire exactement le même scénario que lorsque les syndicalistes et gauchistes allemands avaient rejoint le parti nazi, en fait, les ténors du parti nazi venaient de la gauche, d’où le terme « sozialismus » dans nazi.
      Israel n’a pas d’autre choix que d’éliminer ces mouvements extrémistes islamistes, ils sont simplement d’obédience nazie, le plus tôt le monde se débarrasse de cette miasme contagieuse et le mieux le monde se portera, ce que l’Europe aurait dû faire dès 1930 et qui n’a jamais été fait ne peut que ressurgir des décennies plus tard.

      Mais une partie des politiques occidentaux, notamment en France, en Belgique, aux USA avec biden et quelques autres soutiennent ces mouvements nazis, il faut dire que ces dirigeants sont dans une telle gonfle, que d’agiter ce qu’il y a de plus alarmant ne peut que les faire passer pour des anges, macron, biden et le gouvernement belge ont mis leurs pays dans une telle faillite, fait imploser les invasions migratoires, semés un tel chaos, que ce n’est que par le pire et les propagandes auxquelles nous assistons que ces pays ne pourraient pas faire autrement que de s’en sortir par le bas. Le moral des français est dans les chaussettes, 30% de la populations vit en dessous du niveau de pauvreté, je parle bien de macron issu de la gauche, le « Mozart » de l’économie, celui qui n’ose plus sortir de ses bunkers et qui veut envoyer des milliers de jeunes français sur le terrain en Ukraine pour parfaire son curriculum, ce corrompu à la solde des pires multinationales responsables des pires pollutions et destructions environnementales et qui veut rétablir un équilibre énergétique avec des panneaux voltaïques, éoliennes et batteries au lithium chinoises, responsables des pires pollutions terrestres, sans parler des méga bassines pour continuer à saupoudrer la France de pesticides, il fait avec Israel, le même cirque qu’il fait avec l’économie, l’environnement et désindustrialisation du continent Europe.

      1. Arrêtez, svp, de traiter des humains de miasmes ou de vermines etc… Même horribles, ce sont des êtres humains. On peut les détester et leur en vouloir, mais ce sont les nazis qui traitaient certains humains de « sous-hommes » et on a vu le résultat!

        1. Vous pensez que les ss nazis sont des humains, si tel est le cas, pourquoi tout le monde n’est pas ss nazi ?
          Le Prince mBS d’Arabie Saoudite a embastillé plus de 500 saoudiens, parce qu’ils écrivaient des propos anti-Israel sur le net, et ce n’est pas comme en France, où ils ressortent 3 heures après arrestation, en Arabie Saoudite, celui qui se retrouve en prison, même si il est totalement innocent, c’est 3 mois avant de voir qui que ce soit !

          1. Je me demande si vous connaissez cet exemple de syllogisme erroné : « tous les morts deviennent poussière, il y a de la poussière sous mon lit, donc il y a un mort sous mon lit. » Je vous suggère de revoir vos classiques. Il arrive qu’on les oublie en prenant de l’âge.

          2. Madame, j’ignore quelle est l’origine de la poussière qui envahi le sol sous votre lit et j’ignore si un de vos voisin à vidé une urne funéraire et une brise aurait pu déverser ces cendres via votre fenêtre, mais quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas exclure que ces poussière ne soient pas d’origine humaine !

          3. Après vérification de mes classiques et en relisant, version originale, vos glossolalies totalement étrangères à l’Organon font que la mort est un ensemble de cycle précédant la décomposition, de ce fait les mécanismes menant à la mort commence avant la naissance et la terminologie exacte ne relate pas comme vous l’affirmez qu’il s’agisse à proprement parlé « de mort », il est écrit : Tu n’es que poussière et tu retourneras à la poussière » !

            Ceci étant dit, sachez Madame la professeur, que le corp renouvelle 1% de son poids corporelle rien que lors du renouvellement de l’épiderme toutes les 3 semaines, pour une personne d’un poids de 70 kg, cela fait, 700 grammes de squames épidermiques qui pour une partie, se retrouvent indéniablement dans les draps, particulièrement dans les draps, cela à cause des frottements de la peau sur ces derniers, donc, on peut facilement estimer qu’un bon tier de ces 700 grammes risquent de finir sous la forme de poussières sur le sol d’une chambre à coucher. C’est à dire, environ 230 grammes de poussières qui retournent à la poussière, ce qui prouve que les syllogismes ont encore la peau dure !

      2. @Corto, Prof. S. Sandoz a raison. Vous êtes excessif en tout. Le problème reste votre gouvernement (Netanyahou). Pas du tout votre peuple qui aspire à la Paix et à la Sérénité. J’ai vécu avec un Ashkenaze anglais, un Séfarade turc mais encore un catholique massivement agnostique (milieu académique italien) et bien avant brièvement avec un musulman clairement non pratiquant et détaché de ces guéguerres de religion et/ou de territoire.
        Aucun des deux cités en premier (avec A versus S, les plus belles et paisibles années de ma vie) n’avait une telle haine envers les autres peuples, comme celle que vous distillez en continu.
        Il y a des gens bien partout, des humains paisibles et respectueux qui recherchent en priorité une certaine harmonie.
        Mais hélas, oui hélas, il y a une recrudescence de ces intolérance et haine aussi partout, qui ne présagent rien de bon. Salutations de quelque part hors d’Helvétie. eab

  3. Madame Sandoz, les périodes dans lesquelles les israélites ont vécus paisiblement en, ou avec l’occident, sont des parenthèses de l’histoire. Le jour où l’onu et ses officines , unrwa etc. se retirent de la région, 99% des problèmes entre Israel et ses voisins disparaîtront, cela, pas seulement au Moyen-Orient.
    Beaucoup de nations obéissent aux exigences de leur realpolitik, la Chine avec le pétrole&gaz iranien et russe, sans parler des payements en armements, les USA avec leur dollar et également leurs armes etc. et plus le monde s’enflamme et plus les échanges battent des records, c’est pas compliqué à comprendre, bon sang de bonsoir ?

    Attendons que la Chine devienne l’un des 2 principaux exportateur d’armes, car jusqu’à maintenant nous n’avons pas vu grand chose, des contrats de ventes contre des matières premières à tous les pays du tiers monde à des prix 3 fois inférieurs que les armes de leurs concurrents, ça en fait du matos !

    Napoléon nous avait averti, ça fait 200 ans, « surtout, ne pas réveiller la Chine » !

    1. Monsieur Corto,
      Vos propos relèvent de la propagande sioniste, ceux qui confondent la Jérusalem terrestre avec la Jérusalem céleste. Pour ceux-ci Israel serait né en 1948. Ne savez-vous pas que le Judaïsme n’a pas d’origine, il est une révélation divine, ab intitium fuit verbum, immémoriale. Tout docte que vous soyez, vous ignorez l’Histoire !

      1. Monsieur,
        1). Je n’ai premièrement jamais eu quoi que ce soit à voir avec des « sionistes ». Le sionisme est un mouvement chrétien principalement américain du 19ième siècle visant à christianiser la « terre sainte »
        2). Le concept de Jérusalem céleste est encore une invention 100% chrétienne, je ne sais pas à nouveau de quoi vous parlez.
        3). Effectivement, le « judaïsme » n’a pour origine qu’une, encore et encore, interprétation ou appellation 100% chrétienne, basée sans doute sur le mythe chrétien de Juda, cela en cherchant à éviter d’utiliser le terme « Israel », sachez, Monsieur « l’historien » qu’Israel ne se limite premièrement pas à la Judée et que ce terme « juif » ou « judaïsme » n’a jamais existé hormis dans vos rêves. Mais si vous voulez savoir mon appartenance au niveau territorial, je suis de la région de Shephelah.

  4. Effectivement « téléguidées ». Vous avez choisi, Professeure, le mot parfait.
    Les Rectorats de Suisse occidentales ne font plus leur travail. Il y a des règles bien précises que les professeur(e)s et étudiant(e)s doivent respecter. Dans ce cas, la mollesse l’emporte sur la raison. Contrairement à Bâle et Zurich.
    Tous ces jeunes gens agité(e)s ne comprennent-ils pas qu’ils sont manipulé(e)s / instrumentalisé(e)s par la pire organisation criminelle au monde ?! Qui les éradiquera (plus tard) aussi aisément que des pucerons.
    PS: Pour Genève, depuis le rectorat Hurst, tout le monde sait très bien à quel point tout dégringole.

  5. Vous avez raison sur le fait que ces manifestations d’étudiants, que ce soit aux USA, en France ou en Suisse sont très souvent instrumentalisées. Par contre, nul ne peut nier l’énorme responsabilité du Premier Ministre israélien, M. Netanyahu qui n’a eu de cesse depuis qu’il est au pouvoir d’envenimer la situation. Rappelons nous la conversation qu’il pensait être non filmée lors d’un entretien qu’il avait eu avec ses ministres alors que M. Clinton était Président des Etats-Unis. Ce n’est donc pas tout récent. Il disait avec une parfaite arrogance, je le cite de mémoire ; « M. Clinton se pliera à mes exigences ». Il y a fort à parier qu’il pense que Monsieur Biden fera de même. Autrement dit, la colère que de nombreuses personnes ressentent actuellement est motivée par le fait que nous savons pertinemment que la dernière chose que souhaite Monsieur Netanyahu est de faire la paix avec les palestiniens. Il sait très bien qu’il devra affronter ses problèmes judiciaires et il risque gros. N’oublions pas tout de même les humiliations qu’a subies ces dernières années le peuple palestinien. Par exemple, les barrages érigés ça et là empêchant les palestiniens de se rendre sur leur lieu de travail. Expansion sans vergogne des colonies avec la bénédiction du Premier Ministre, etc… Bien entendu, cela n’enlève rien au faut que le Hamas est une organisation terroriste mais on ne peut se débarrasser d’une idéologie. De plus, chacun sait que cette guerre contribuera à attiser la haine qui est déjà à son paroxysme. Donc oui, les étudiants ont raison de manifester mais certainement pas en prenant en otage les Universités. le débat devrait toujours être la priorité,

  6. Ces manifestations nous détournent malheureusement de ce qui se passe discrètement dans notre pays, sur d’autre plan.
    Par exemple:
    ttps://www.avianews.ch/post/des-black-hawk-et-chinook-et-%C3%A0-payerne
    Quid de notre neutralité?
    De même, je souhaiterais que les médias, financés par les citoyens et citoyennes, parlent et fassent débattre bien plus en profondeur des sujets des prochaines votations (qui semblent cruciaux), plutôt que de parler en long et en large du conflit israélo-palestinien, de Poutine, de l’Eurovision, de Trump, etc.
    On ne parle plus suffisamment de la politique suisse (combien de minutes sur le sujet de la vaccination ou du financement de la santé durant ces derniers mois par exemple? idem pour les prix de l’énergie).
    Combien d’enquêtes journalistiques sur les conflits d’intérêts des décideurs en Suisse?
    Or, il s’agit de la politique qui nous concerne en premier lieu, des dossiers que nous pourrions méditer, discuter, etc..
    A la longue, c’est une forme de détournement de la démocratie directe, et les gens ne votent plus, car tout est soumis à un bruit incessant de sujets parasites sur lesquels nous n’avons aucun intérêt réel et sur lesquels tout le monde se moque complètement de notre avis.
    Donc, le sujet à mes yeux, ce n’est pas les manifestations estudiantines, mais le coup de projecteur des médias à ce sujet, qui est complètement disproportionné par rapport à ce qui ce passe en Suisse.
    Dans l’UE, on devrait mettre en lumière les enjeux des prochaines votations, de mêmes aux USA les enjeux américains, de même en Suisse les enjeux suisses, etc.
    Que les médias arrêtent de détourner l’attention!

  7. Durant les siècles et les millénaires, l’histoire nous a enseigné que l’humanité est capable du pire comme du meilleur, c’est en fait, ce qui distingue les humains des autres espèces animales….

  8. ——
    Madame Sandoz, vous parlez des « humains » mais ce sont les « humanitaires » qui organisent la barbarie terroriste, comme c’est le cas avec l’onu, comment qualifier ces « humains » ? Certains les adoubent de héros, de saints, Philippe Lazzarini n’a même pas reçu un blâme, ces personnages sont tellement impliqués qu’ils sont intouchables, si Philippe Lazzarini se mettait à parler, que ferait le directeur général de l’onu ?

    Je ne souhaite qu’une seule chose, c’est que la Suisse, l’Europe continue dans cette voie, enfin le continent d’élection de ces chérubins changera géographiquement, continuez, je vous en supplie, parce que là, c’est tellement bien parti, que tous les islamistes provenant des pays arabes ne vont plus hésiter, certains d’entre eux se déplacent entre l’Afrique du Nord et du Moyen orient vers l’Europe en jets privés.
    —–

  9. Je ne suis ni pro, ni anti en quoi que ce soit.

    Comment la volonté d’un seul homme peut anéantir tout un peuple?

    J’ai le ventre plein, je suis au chaud, logée confortablement, je ne suis pas inquiète pour mes lendemains etc,

    Donc,

    Je ne sais pas ce que c’est que d’avoir faim, d’avoir soif, d’avoir perdu les siens, de n’avoir plus d’amour de personne, que de vivre en sursis des bombes, des violences, de déracinement et des déplacements continuels… Je ne sais pas ce qu’est être une zombie que la mort, en embuscade, peut vous emporter à tout instant. Je ne sais pas la seconde ou la minute est pour eux, une éternité sans doute. éternité de souffrance. C’est de la souffrance de toutes les secondes pendant 76 ans.

    Voici un extrait qui interpelle. Et ce n’est pas nouveau.

    « Depuis 76 ans, la vie de l’ensemble des générations de Palestiniens et de Palestiniennes est faite d’injustice et de discrimination », a déclaré le CNPJDPI. « Exil forcé pour les réfugiés ; citoyenneté de seconde zone en Israël, lois discriminatoires, emprisonnements massifs, déplacements forcés, violence de l’occupation et de la colonisation en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et blocus puis le massacre de la population à Gaza. »

    ttps://www.france-irak-actualite.com/2024/05/france-des-milliers-de-personnes-manifestent-a-paris-contre-la-nakba.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *